NOUS NE CONFINERONS PAS ENSEMBLE

Je me souviens fort bien de ce soir de mars où je découvris ses yeux… juste ses yeux ! Le bas de son visage étant dissimulé derrière un méchant masque en bec de canard et le front de la jeune femme mangé par une anarchique frange rousse.

 Je l’avais croisée au rayon œufs et laitages du supermarché local. Elle portait un manteau près du corps, une sorte de redingote écossaise marine et rouge, des bottes noires, une longue écharpe et un bonnet de laine jaune. Je tentais une approche discrète mais le vigile de service avait l’œil, « vous devez respecter la distance de sécurité d’un mètre, éloignez-vous Monsieur ! », je ne pus qu’humer une fraction de seconde les notes fleuries de son parfum avant de m’éloigner. Cette fille sentait le printemps !

 Je tentais à plusieurs reprises de m’approcher de la jeune femme mais les consignes étant ce qu’elles étaient en ce 12ème jour de confinement, il valait mieux être prudent et responsable. Je ne pus que suivre du regard sa silhouette colorée et son bonnet couleur soleil, m’efforçant par maints tours et détours dans les allées, de croiser une fois encore le regard vert mousse de ma ravissante inconnue.

 Je négligeais totalement mon ravitaillement pour suivre la dame et son chariot. Il me sembla qu’elle achetait beaucoup, frénétiquement même ! Elle entassait, elle consultait sa liste, arpentait les rayons en tous sens de manière anarchique, sans la moindre logique. Je la devinais inquiète et perturbée. Tout comme le nôtre, son monde venait sans doute de basculer. A coup sur elle était isolée, perdue, ses certitudes avaient disparues, il lui fallait trouver de nouveaux repères, de nouvelles marques, une épaule sur laquelle s’appuyer…

 J’imaginais fort bien sa soirée solitaire, tellement semblable à la mienne,  dans un petit appartement ouvert sur des nuits d’angoisse et de mornes journées ! J’étais prêt à la rassurer.

 Nous serions si bien ensemble ! Nous n’aurions pas besoin de cet entassement de victuailles. Je passerais juste à la poissonnerie commander un plateau de fruits de mer. Nous l’accompagnerions d’un petit Sancerre goûteux. Nous tenterions à grand peine de tempérer nos ardeurs et nos échanges amoureux !

 C’est terrible l’amour au temps du corona !

 J’attendais le coup foudre depuis toujours ! Aujourd’hui il était là, masqué, au rayon hygiène et rouleaux de papier ! Pas vraiment glamour ? Et alors ? Acheter certains types de papier n’est pas trivialité mais pure humanité et extrême nécessité ! Je dus constater qu’elle en achetait tout de même beaucoup !!! Je ne la jugeais point, elle paniquait c’était évident ! J’étais de tout cœur avec elle, je voulais partager ses angoisses !

 Le temps passait, c’était la dernière ligne droite avant d’arriver aux caisses ! Je n’avais toujours  rien acheté ! Je mis in-extrémis un paquet de biscottes et un bocal de cornichons  dans mon caddy afin ne pas perdre de vue mon inconnue aux yeux de chat dans la file d’attente !

 Je suivis ma déesse jusqu’au parking extérieur, J’étais résolu à l’aborder,  j’allais enfin pouvoir m’exprimer. Je m’approchais discrètement… j’avais choisis mes mots et mes arguments, j’étais sûr de moi, déterminé, mon rêve était là, à un mètre de mon cœur !

C’est l’instant que choisirent deux petites filles à la voix pointue  pour l’interpeller ! « Maman, Maman, dépêche-toi, la voiture est là, Papa va  ranger les courses ! Attention ! Tu viens de perdre ton masque ! il est  tombé sous la voiture ! »

 Ma rousse inconnue rejoignit les gamines à l’intérieur du véhicule, le mari chargea le coffre de la Clio. Pourquoi fis-je une photo de la plaque minéralogique avant qu’ils ne disparaissent ? Demain me le dira peut-être !

 Ma main gantée ramassa le masque abandonné, il était imprégné d’une subtile fragrance de jonquille. L’empreinte d’une bouche carminée s’y détachait nettement, telle une signature…

Je me retins d’y porter mes lèvres !

Joëlle Bosschem

jobo5@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *