Pourquoi « Le Turlupin » ?

A Senlis, comme dans de nombreuses villes, le tissage, en particulier celui des draps de laine, représentait une activité importante, depuis des temps très reculés, remontant semble-t-il aux Romains. Il est rapporté qu’à Senlis cette activité ait été intensive au 13° siècle et surtout au 16° siècle pour lequel de nombreux écrits en témoignent. A cette époque cette activité économique aurait employé plus de 3 à 4000 personnes. Pour la plupart ces artisans étaient situés dans notre quartier.

Parmi les différentes opérations dans la fabrication des draps de laine, il en est une qui consiste à peigner – on dit plutôt « lainer » – le drap qui vient d’être tissé, en vue de faire ressortir les fibres afin de les raser, ou plutôt de les « tondre » avec d’énormes ciseaux dits « grandes forces ». Cette opération était réalisée par le « tondeur de grandes forces », métier très considéré professionnellement et socialement…
L’opération de « lainage » était assurée par une sorte d’outil fait de chardons. Selon les pays il est appelé « brosse à chardon », « peigne à draper » mais aussi, en particulier dans nos régions il est appelé « Turlupin ».
Dans d’autres définitions le « turlupin » est un libre penseur.
Le mot « Turlupin » a été utilisé pour désigner la rue des Bordeaux, le « carrefour des Turlupins » rue de Meaux …
Nous avons choisi ce titre pour notre journal, en référence à une activité ancienne, ainsi qu’à des lieux-dits de notre quartier, et puis son autre signification de libre penseur, ne nous déplaît pas…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *